Le blog de Samy

Nutrition Biologie Prévention

 
 
  • Samuel

Jeûne intermittent

Quel impact sur le métabolisme ?


Au cours de l’évolution, les mammifères ont du faire face à une disponibilité alimentaire irrégulière. Le jeûne est une pratique connu par l’Homme depuis des milliers d’années, assez fréquente dans l’Antiquité. En effet, l'accès difficile à la nourriture mais surtout sa conservation limitée, obligeait l’Homme à jeûner plus ou moins longtemps. Cependant les cellules humaines ont besoin d’un apport énergétique stable pour fonctionner de façon optimale.

C’est pourquoi, l’Homme a naturellement développé des mécanismes métaboliques adaptés à la variabilité des contraintes environnementales dans lesquelles il a évolué, dans le but de maintenir son homéostasie (équilibre) énergétique et survivre. L’organisme réagit aux fluctuations des nutriments en modifiant l'équilibre entre les processus cataboliques producteurs d'énergie et les processus anaboliques consommateurs d’énergie.

Cela dit, nous sommes en 2020 et dans notre société actuelle d’« abondance alimentaire », le surpoids et l'obésité tuent plus que l'insuffisance pondérale. En d’autres termes, on meurt plus en mangeant trop, que pas assez !

Le jeûne dit « long » (plus de 24h) peut parfois être socialement, psychologiquement mais surtout physiologiquement difficile à supporter. Pour cette raison, de multiples formes de jeûnes « intermittents » qui imitent le jeûne, ont fait leur apparition et ont été étudiées afin d’objectiver scientifiquement leurs effets sur la santé.


TR - Samuel Honrubia - Sujet 13 - Jeûne
.
Download • 805KB

129 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout